Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Sphinx ou sphinge : comment les reconnaître ?

Le sphinx est une figure millénaire qui connaît des développements tant en Egypte, qu’en Europe et en Asie. Il est presque universel et revêt des significations et des aspects divers selon les cultures et les époques. Il a donc plusieurs aspects, ayant tantôt la tête d’un humain, d’un bélier, d’un faucon ou d’un chat, sur un corps de lion ou de griffon. On le trouve aussi parfois muni d’ailes.

L’étymologie du mot sphinx est incertaine, elle aurait une origine grecque ou plus probablement égyptienne.

Le Sphinx de l’Égypte ancienne

Dans l’Égypte ancienne, le sphinx était une figure mythique, un symbole de puissance et de vigilance et était représenté comme un lion à tête humaine (androcéphale). La plus ancienne représentation connue de ce type est le sphinx de Gizeh, à l’est de la pyramide de Khephren, daté de 2500 avant Jésus-Christ environ. Cette œuvre à cheval entre la sculpture et l’architecture figure un lion couché monumental (73 mètres de long et 20 mètres de haut pour un poids estimé à plus de 20 000 tonnes) dont la tête est celle du souverain Khephren ou de son père Khéops, coiffé du nemes, la coiffe royale. Il est ici représenté en tant que gardien de la nécropole, chargé de la défendre contre les assaillants éventuels ou les forces malfaisantes. Il est le symbole de la force souveraine, protecteur et redoutable pour les ennemis, c’est pourquoi plusieurs pharaons ont associé leur nom à des sphinx, comme la reine Hatchepsout qui a apposé son visage sur un sphinx de granit aujourd’hui conservé au Metropolitan Museum of Art de New York.

spinx de gizeh
Sphinx de Gizeh, à l’est de la pyramide de Khephren, 2500 avant Jésus-Christ environ

A partir du Nouvel Empire, donc vers 1580 avant Jésus-Christ, les dieux s’incarnent également dans la forme du sphinx afin de garder leurs temples. On trouve donc au devant des sanctuaires dédiés à Amon, notamment à Karnak et Louqsor, de longues allées bordées de sphinx à tête de bélier (dits sphinx criocéphale), l’animal sacré d’Amon. A cette époque également, le sphinx de Gizeh a été assimilé au dieu soleil sous de nom de Harmakhis, c’est à dire littéralement «  Horus dans l’horizon ». Ce sphinx – dieu, bon et protecteur, est très différent de la cruelle sphinge grecque. 

La Sphinge grecque et l’histoire d’Œdipe

Oedipe et le Sphinx gustave moreau
Œdipe et le Sphinx, Gustave Moreau, 1864, Huile sur toile, 206 × 105 cm, Metropolitan Museum of Art

La sphinge grecque est un monstre, une divinité infernale, qui avait hérité un visage et une poitrine de femme de sa mère Echnida (une humaine), une queue de dragon de son père Typhon (qu’on disait aussi fils du chien de Géryon) et un corps de lion de sa sœur Chimère. Ses ailes sont semblables à celles des harpies, ses autres sœurs. Le sphinx / sphinge avait été envoyé en Béotie pour punir la cité du crime de son roi, Laïos, le père d’Œdipe qui avait aimé de manière contre nature Chryssipos. Installée sur un mont rocheux, le monstre posait une question à tous les voyageurs qui passaient. Ceux qui n’arrivaient pas à résoudre l’énigme étaient immédiatement tués et dévorés. 

Oedipe enfin affronta le Sphinx qui lui donna à résoudre l’énigme suivante : 


Quel est l’animal qui a quatre pieds le matin, deux à midi et trois le soir?

L’Homme, répondit Oedipe, dans son enfance, il se traîne sur les pieds et les mains, à l’âge adulte il se tient debout et dans sa vieillesse, il s’aide d’un bâton. 

Pour une fois vaincu, le Sphinx se précipita du haut de son rocher et se tua. 

Oedipe

Cet épisode a connu une grande fortune critique et est l’un des sujets favoris des artistes, des céramistes grecs du Ve siècle avant Jésus-Christ aux peintres français du XIXe siècle, tel Gustave Moreau qui présente Oedipe et le Sphinx au Salon de 1864. Cette toile, aujourd’hui conservée au Metropolitan Museum of Art eut un succès immédiat, le sphinx étant associé au thème de la femme fatale, un sujet en vogue dans les représentations de la fin du siècle et particulièrement chez Gustave Moreau qui se plut aussi à représenter la figure biblique tentatrice de Salomé.

sculpture sphinge
Sculpture de la sphinge, vers -Ve siècle

Cet aspect a été également adopté par les artistes de la Renaissance, dans la continuité de la tradition grecques antique qui considérait le Sphinx non seulement comme dépositaire de la sagesse énigmatique mais aussi comme une représentation de la luxure (il est d’ailleurs souvent présent dans les allégories opposant vice et vertu). 

Le sphinx en Asie du Sud et Asie du Sud Est 

Un être hybride à tête humaine et corps de lion est également évoqué dans la mythologie et l’art de l’Asie du Sud et du Sud Est, peut-être hérité des pénétrations hellénistiques. Contrairement aux traditions grecques et égyptiennes, la foi dans l’existence du sphinx y est encore vivante aujourd’hui. L’animal hybride mi-homme mi-lion revêt les mêmes fonctions apotropaïques qu’en Occident, c’est pourquoi il est souvent placé dans les temples, sur les stupas ou à l’entrée, comme gardien, comme dans le temple Shri Shiva Nataraja à Chidambaram, au sud-est de l’Inde. 

Développements modernes

Après la redécouverte de cette figure mythologique durant la Renaissance italienne, l’imaginaire du sphinx se diffuse en Europe par les dessins et les gravures et devient dès le XVIIe siècle un élément majeur de sculpture décorative de plein air. Le sphinx est alors dépourvu de son attirail mythologique, bien qu’il ressemble souvent à la sphinge grecque, et est seulement un sujet de délectation. On en trouve des occurrences dans de nombreux palais du XVIIIe siècle, comme dans le palais du Belvédère à Vienne, à Sanssoucis à Potsdam ou encore dans le palais royal de la Granja à Madrid, où ont exercé nombre de sculpteurs français et européens. 

Sphinge Palais de la Granja
Sphinge du Palais de la Granja, Madrid, seconde moitié du XVIIIe siècle. 

La Franc-maçonnerie a quant à elle repris à son compte la figure et l’imaginaire du sphinx égyptien, gardien de temple et protecteur de ses mystères. Le sphinx est désormais un symbole maçonnique qui s’expose au devant des loges et dans la décoration intérieure. 

A lire aussi

Comment identifier le visage de Cléopâtre ?

Peinture & Sculpture : comment reconnaitre une Nymphe ?

Jupiter / Zeus : Comment l’identfiier ? Quelle différence ?

Qui est Cupidon (Éros) : Dieu de l’amour ?

Partager l'article sur :