Jean LURÇAT

Peintre, céramiste et créateur de tapisserie français, 1892-1966

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Jean LURÇAT

Prix d’une tapisserie en vente aux enchères : 600 – 3 000 €

Estimation d’un dessin ou d’une aquarelle : 300 – 8 000€

Cote de Jean Lurçat pour la vente d’un tableau : 400 – 100 000€

Si vous souhaitez faire estimer un tableau de Lurçat, nos experts en tableaux sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Jean Lurçat, artiste et voyageur infatigable

Jean Lurçat (1892 – 1966) est un peintre, céramiste et peintre cartonnier français, considéré comme précurseur de la tapisserie du XXe siècle. Tout d’abord, il intègre l’atelier de Victor Prouvé, puis en 1912, il part à Paris avec son frère, l’architecte André Lurçat. Il débute alors une période extrêmement enrichissante : Académie de Colarossi, Atelier du graveur Bernard Naudin, rencontres avec des collectionneurs et artistes.

À la fin de la guerre, il voyage beaucoup en Europe et revient finalement à Paris avec Marthe Henneber. Entre 1923 et 1924, il s’embarque à nouveau dans un long voyage autour du bassin méditerranéen. Sa renommée internationale commence à se faire ressentir, rejoignant les artistes les plus influents de son époque. Après le divorce avec Marthe Henneber, il se marie à nouveau avec Rossane Timotheef.

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, il affirme de plus en plus ses convictions politiques, et fréquente André Malraux, Tzara, ou encore Louis Aragon. Il s’engage dans la Résistance, plus particulièrement dans la presse clandestine. Deux ans après la mort de Rossane Timotheef, Simone Selves devient sa troisième femme. Dès 1962, malgré sa santé fragile, il ne diminue pas le rythme de création ni de ses voyages. À la mort de Simone Lurçat en 2009, celle-ci lègue les droits patrimoniaux et moraux de l’œuvre de l’artiste à l’Académie des Beaux-Arts.

À la découverte du Moyen Âge

Ses premières années à Paris sont remplies de rencontres et découvertes artistiques passionnantes et marquantes. Dans les années 1910s, il se familiarise avec les œuvres de Henri Matisse, Cézanne et Renoir. Auprès de Jean-Paul Lafitte, il découvre l’art des fresques. Dans les années 1930s, certain du potentiel et de l’originalité de la tapisserie, il se consacre à trouver une technique innovante pour réinventer cet art en s’inspirant des artistes tapissiers du Moyen Âge, qu’ils considèrent les maîtres en la matière. Certains commanditaires tels que Marie Cuttoli ou encore le directeur des Manufactures nationales Guillaume Jeanneau, jouent un rôle déterminant dans sa carrière et ses tournants.

Un vent d’air frais pour la tapisserie

Les premiers canevas de l’artiste sont exécutés par sa mère, puis par sa femme Marthe Hennebert, avant que les manufactures prennent le relais. Sa carrière culmine avec le renouveau des techniques de tapisserie : carton numéroté, tissage robuste à large point ou encore palettes réduites.

Jean Lurçat se prête également à différents exercices : costumes et décors d’un spectacle ; céramique ; gravures d’un livre érotique clandestin, dont la paternité confirmée à titre posthume s’est avérée être la sienne.

L’admiration des collectionneurs lui vaut aujourd’hui une bonne cote sur le marché de l’art. Si vous avez l’occasion de visiter de prestigieux lieux aux quatre coins du monde, vous aurez des chances de tomber sur ses réalisations. Le Chant du monde, composé de 10 tapisseries, dont la dixième fût achevée après la mort de Jean Lurçat, reste le projet le plus significatif de sa carrière.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.