Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Quelles ont été les plus belles ventes aux enchères de livres anciens ces dernières années ?

À l’ère du tout numérique, l’on peut s’interroger sur la capacité des supports anciens à demeurer suffisamment importants pour que leur usage perdure. Aujourd’hui, il est ainsi devenu légitime de considérer, pour des raisons pratiques ou économiques, qu’acheter un texte en ligne est une chose tout à fait commune et parfois même une pratique plus stratégique que l’achat d’un livre. Pourtant, nombre sont ceux qui restent attachés au toucher du papier, à l’odeur de l’ancien et aux somptueuses reliures… Le marché des livres, et notamment des livres anciens, tout particulièrement prisés des collectionneurs pour avoir traversé l’histoire, n’est donc pas prêt de s’éteindre. Voici donc le top 9 des livres anciens qui ont battu tous les records dans les salles des ventes des salons d’enchères.

9. 4,6 millions d’euros —La Bible de Gutenberg

Si ce livre n’est en réalité pas le premier livre imprimé du monde contrairement à la croyance populaire, puisque l’on sait que la Chine avait une avance technologique considérable sur l’Occident et utilisait l’imprimerie dès le IXe siècle pour diffuser la parole de Bouddha et que la Corée a également détenu cette invention, cette Bible latine demeure néanmoins le premier livre imprimé par le biais de caractère mobiles en Europe. Achevé en février 1455, cet ouvrage est l’aboutissement de plusieurs mois de travail et marque, alors même que Gutenberg utilise la technique de l’imprimerie depuis moins d’une année, un progrès considérable dans la mise en œuvre de cette invention. Seules 31 éditions sont actuellement estimées en parfait état, donnée témoignant de la rareté d’un tel objet. Une de ces éditions a été vendue pour 4,6 millions d’euros en 1987 au cours d’une vente aux enchères, montant dépassant à titre de comparaison les records de vente de peintres contemporains aussi reconnus que Pierre Soulages (1,31 million) ou David Hockney (2,8 millions).

8. 5,6 millions d’euros – Premier Folio, William Shakespeare

Biens à haut budget, collectionneurs célèbres ? Si cette maxime n’est pas toujours vérifiée, dans le cas de cet ouvrage dont il ne resterait aujourd’hui plus que 228 exemplaires dans des états divers, elle s’avère plutôt véridique puisque c’est Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, qui a érigé cette œuvre shakespearienne dans le top 9 des records de vente de ces dernières années. L’homme d’affaires a ainsi déboursé 5,6 millions d’euros pour acquérir ce qui est considéré comme l’un des travaux les plus influents dans la littérature anglaise et qui a été conservé, pour son intemporalité, jusque dans la modernité.  

7. 7 millions d’euros – Les contes de Canterbury, Geoffrey Chaucer

Plus rare encore que les deux ouvrages précédents, cet œuvre n’a fait l’objet que d’une douzaine d’impressions en 1477 dont les mieux conservés sont disséminés à travers le monde. Alors qu’il ne coûtait que 6,8 euros en 1776, une vente aux enchères en 1998 l’a laissé à son acquéreur pour la — modique — somme de 7 millions d’euros. Plutôt impressionnant pour un récit sur le pèlerinage de vingt-neuf compagnons, sans aucune description pourtant du voyage ni des lieux rencontrés.

6. 10,8 millions d’euros – Les oiseaux d’Amérique, James Audubon

Œuvre littéraire majeure du 19e siècle écrite par John James Audubon, cet ouvrage est considéré comme l’un des documents fondateurs pour retracer le patrimoine culturel de l’Amérique et connaître la myriade des espères d’oiseaux y vivant. L’œuvre est d’autant plus précieuse qu’elle présente un nombre très limité d’exemplaires et que l’ensemble des représentations a été peinte à la main. C’est en 2010 que le record pour ce travail a été atteint avec une somme avoisinant les 11 millions d’euros (10,8 millions précisément). 

5. 12,6 millions d’euros – Livre de Prières de Rothschild 

Avec seulement 254 exemplaires et une date d’impression datant du début du XVIe siècle, ce livre qui n’est pas un manuscrit de prières, mais un livre d’heures à l’usage de Rome avait toutes les chances de figurer dans ce classement. Possédant de multiples pages de calendrier et de miniatures, toutes soigneusement décorées, ce livre est surtout connu pour avoir été exécuté par des figures centrales de l’école ganto-brugeoise comme Horenbout, Gérard David, Bening (Simon et Alexander). Il a été acheté en 1999 pour la somme de 12,6 millions d’euros, faisant de cet ouvrage le manuscrit enluminé le plus cher dans le monde.

4. 13,4 millions d’euros — Bay Psalm Book 

Le « Bay Psalm Book », imprimé pour la première fois à Cambridge (Massachusetts) en 1640, correspond à un des premiers livres imprimés en Amérique du Nord Britannique. En dépit des multiples erreurs typographiques et autres coquilles, l’impression de ce livre constitue une avancée singulière pour la colonie. Seuls onze exemplaires sont connus à ce jour et c’est lors d’une vente aux enchères organisée par la maison Sotheby’s en 2013 qui a inscrit cet ouvrage parmi les records de ventes avec un montant s’élevant à 13,4 millions d’euros.

3. 13,4 millions d’euros – St Cuthbert Gospel 

Un livre de poche vendu 13,4 millions d’euros en 2012. Qui l’eût cru ? Le responsable d’un tel prix ? La reliure qui compte parmi les premières reliures existantes dans le monde. Écrit en latin et datant du VIIIe siècle, ce livre est également l’un des plus anciens étant parvenu jusqu’à nous. Ce qui est tout particulièrement exceptionnel ici, c’est qu’aucune enluminure ne vient orner l’ouvrage, laissant l’écriture brute et l’exécution parfaite s’imprimer, ce qui ajoute une valeur incommensurable à l’œuvre.

2. 20,1 millions d’euros — Magna Carta (l’exemplaire original)

Deuxième place de ce classement, une copie originale du Magna Carta a été achetée aux enchères pour la somme de 20,1 millions en 2007 par David Rubenstein. Charte rédigée par l’archevêque de Canterbury en 1215 — ce n’est donc pas un livre en soi — et composée de 63 articles, le texte vise à exprimer la contestation d’Anglais émigrés révoltés contre leur roi, l’arbitraire de celui-ci étant remis en cause et les droits féodaux réaffirmés. 

1. 29 millions d’euros – Le Codex Leicester

Numéro 1 de ce classement, le codex de Leicester qui tient son nom du comte de Leicester, anciennement Thomas Coke, qui a acheté en 1717 le manuscrit, est l’une des plus célèbres revues scientifiques existantes puisqu’elle provient essentiellement du grand Léonard de Vinci qui y aurait écrit ses principales observations, notamment sur le mouvement de l’eau, les fossiles et l’éclat de la lune. Et c’est finalement Bill Gates qui en 1994 a racheté le livre pour la somme record de 29 millions d’euros. De célébrité en célébrité, cet ouvrage n’a donc jamais quitté les mains des grands de ce monde.

Partager l'article sur :