Les céramiques de Vallauris

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Les céramiques de Vallauris

Le terme de « céramique » désigne tout à la fois un matériau, un objet ou une technique d’art. 

Il existe deux types de céramiques, les poreuses et les vitrifiées. Les céramiques poreuses sont celles à base de terre cuite, de faïence ou encore de kaolin. Les céramiques vitrifiées sont quant à elles obtenues à partir de grès ou de porcelaine.

De nombreux objets peuvent être confectionnés en céramique : assiettes, vases, sculptures, carreaux etc.

Certaines cultures sont particulièrement reconnues pour leurs céramiques artistiques de qualité : les Grecs, les Perses, les Chinois, les Japonais et les Coréens. 

En France, un groupe d’artistes s’est formé dans le village de Vallauris au sud de la France au cours du XXe siècle. Sous leur impulsion l’art de la céramique française s’est distingué à travers diverses créations libellées « céramique de Vallauris ».

La naissance des céramiques de Vallauris

La renommée des céramiques de Vallauris s’est faite sur plusieurs siècles avant d’atteindre son apogée au cours du XXe siècle. 

Des débuts timides au XVIe siècle

Le village de Vallauris fut repeuplé au cours du XVIe siècle par diverses familles venues de Gênes après la peste. Parmi ces dernières, certaines avaient des potiers en leur sein conduisant au développement d’une production locale. 

Mais il fallut attendre le XIXe siècle et l’arrivée du chemin de fer afin que cette production puisse s’étendre de façon massive. Les petits ateliers d’alors se transformèrent en véritables manufactures et regroupèrent plusieurs artistes.

Un renouveau au début du XXe siècle

Avec l’arrivée de nouveaux matériaux tels l’aluminium, l’inox ou la fonte, la céramique culinaire commença à décliner. 

Afin de se renouveler, la céramique fut destinée à un autre domaine : celui de l’art. La famille Massier participa grandement à l’essor de la céramique artistique en France. Clément, Delphin et Jérôme Massier se distinguèrent par l’incrustation d’émaux de couleurs ainsi que de pigments métalliques dans leurs céramiques.

L’année 1947 instaura définitivement Vallauris en tant que centre de production de céramiques traditionnelles mêlant artistes et artisans. Cette date correspond à l’arrivée du célèbre peintre Pablo Picasso (1881-1973) dans le village français.

L’âge d’or de la seconde moitié du XXe siècle

À partir de 1950 de nombreux artistes et architectes issus des écoles des beaux-arts convergèrent vers Vallauris. Citons en ce sens Suzanne Ramié (1905-1974), Roger Capron (1922-2006), Jean Derval (1925-2010) et, bien évidemment, Pablo Picasso. 

Une première exposition fut organisée en 1946 par les ateliers Madoura et Callis et le céramiste André Baud (1903-1986). 

La présence de Picasso à Vallauris amplifia le mouvement en marche et attira de nombreux artistes venus s’essayer à la céramique. Un premier concours national de céramique fut institué en 1966 afin de stimuler et maintenir la qualité de production. 

Au fil du temps, les céramistes se sont détachés de l’influence de Picasso. Dans les années 1970, les céramiques de Vallauris atteignirent leur apogée. Après la mort en Picasso en 1973 le village français demeura le centre de production de céramiques uniques.

Les céramistes de Vallauris

Chaque céramiste marqua de sa personnalité les céramiques de Vallauris.  

La famille Massier : les précurseurs

La famille Massier est une dynastie de céramistes dont les origines remontent à la Révolution française. Ils participèrent à la renaissance de la céramique de Vallauris. 

Clément Massier (1844-1917) est le fondateur de la céramique moderne de Vallauris. Il fut initié à la poterie par un maître céramiste italien. Ce dernier lui apprit plusieurs techniques, dont la faïence émaillée qui fit la renommée des Massier.

Les entreprises Massier furent dirigées par les frères Clément et Delphin (1836-1907) ainsi que leur cousin Jérôme (1850-1926). Des points de vente furent ouverts dans leur région, mais également en Allemagne et en Angleterre où ils devinrent les fournisseurs de la Couronne. 

Les céramiques Massier se distinguent par des couleurs irisées dues à l’incrustation de pigments métalliques. 

Clément Massier, vase
Clément Massier, vase en grès à couverte irisée, vers 1900, Vallauris, France

Pablo Picasso et l’atelier Madoura : une collaboration fructueuse

Picasso découvrit les céramiques de Vallauris lors de l’exposition annuelle de 1946. Il décida par la suite de se consacrer à cette activité de céramiste lui ouvrant la voie à de nouvelles perspectives de création.

L’artiste fit la rencontre de Suzanne et Roger Ramié, propriétaires de l’atelier Madoura. Ce fut le début d’une collaboration fructueuse. Entre 1946 et 1971, Pablo Picasso réalisa pas moins de quatre mille œuvres originales. 

En 2018, Christie’s New York adjugea la céramique Le hibou gris (1953) pour la somme de 1,7 million d’euros.

Pablo Picasso, Le hibou gris,
Pablo Picasso, Le hibou gris, 1953, céramique adjugé 1,7 millions d’euros par Christie’s New York en 2018

Jean Derval : un style propre

Jean Derval étudia à l’École des Arts Appliqués de Paris avant de créer des services en grès pour la maison d’orfèvrerie Christofle

Il se consacra à la céramique à partir de 1945 et s’installa à Vallauris en 1947. L’année suivante il créa un atelier avec Robert Picault (1919-2000) et Roger Capron.

En 1949, Jean Derval intégra l’atelier Madoura où il côtoya durant deux ans Pablo Picasso.

L’artiste créa son propre atelier, Le Portail, en 1951. Il réalisa des céramiques domestiques d’inspiration anthropomorphe et zoomorphe ainsi que des sujets religieux.

Tajan vendit un Ange de l’Annonciation (1955) pour 32 500 euros en 2014.

Jean Derval, L’Ange de l’Annonciation
Jean Derval, L’Ange de l’Annonciation, 1955, céramique adjugé 32 500 euros par Tajan en 2014

A lire aussi

L’Art de la Céramique : Histoire et Définition

Quelle valeur pour les Porcelaines et Céramiques Asiatiques Anciennes ?