Alfred MANESSIER

Peintre français abstrait, 1911-1993

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une oeuvre de Alfred MANESSIER et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Alfred MANESSIER

Prix d’une peinture : 1 000 – 100 000 €

Estimation d’un dessin ou d’une aquarelle de l’artiste en vente aux enchères : 300 – 8 000 €

Prix d’une estampe : 50 – 500 €

Du paysage picard à « l’art dégénéré » : 

Alfred Manessier est un peintre français abstrait, considéré comme l’un des maîtres de la Nouvelle École de Paris. Sa peinture est fortement influencée par ses origines picardes et notamment le regard qu’il a porté sur les littoraux de la baie de Somme et sa lumière particulière, qui imprégnera nombre de ses paysages. Dès l’âge de treize ans, Manessier réalise ses premières aquarelles et peint d’après nature de manière frénétique les plages du nord. 

Manessier suit se forme tout d’abord à l’École des Beaux-Arts d’Amiens avant d’intégrer l’École des Beaux-Arts de Paris, en section architecture, bien que la peinture reste son médium favori ; parallèlement, il fréquente les académies libres de Montparnasse. Manessier rencontre alors les grands maîtres au Musée du Louvre, qu’il copie avidement. Puis, en 1932 lors d’un voyage en Hollande, il découvre l’œuvre de Piet Mondrian, qui aura une influence décisive dans son passage vers l’abstraction. 

Dès 1937, Manessier côtoie des artistes de l’avant-garde, qui le guident dans sa voie vers la non-figuration : sous la direction de Robert et Sonia Delaunay, il exécute ainsi des décorations monumentales pour l’Exposition internationale des Arts et Techniques de Paris. Durant la Seconde Guerre mondiale, sa peinture évolue, d’abord imprégnée par le surréalisme et le cubisme, elle devient abstraite comme un pied de nez à la censure nazie qui considérait l’abstraction comme un art dégénéré.

Art sacré/art abstrait : 

La fin de la guerre sonne le début de la renommée pour Manessier, dont une des toiles est achetée par le Musée des Beaux-Arts de Nantes en 1947. La même année, on confie à l’artiste la réalisation de deux vitraux pour l’église Ste Agathe des Bréseux ; dès lors, tant la sauvegarde des vitraux que l’art sacré prennent une place très importante dans la vie et la carrière de Manessier.

Ainsi, outre ses expositions d’art sacré, comme en 1949 pour le cycle de peintures sur le thème de Pâques exposé à la galerie Jeanne Bucher à Paris, Manessier réalise de nombreux vitraux en France et en Europe ; ces réalisations de verre trouvent leur apothéose dans l’achèvement des verrières du Saint Sépulcre d’Abbeville, inaugurées en 1993. 

Malgré cette production, fortement marquée par la sacralité, l’abstraction et la nature, Manessier refuse l’étiquette de peintre religieux et opère, vers la fin de sa carrière un tournant vers une peinture plus engagée et politisée, dénonçant les violences des guerres d’Algérie ou du Viet Nam et prônant la paix sociale. Ces toiles, qui sont pour la plupart intitulées « Hommage » ont contribué à sa reconnaissance auprès du grand public. 

Un artiste pluriel à la reconnaissance internationale : 

L’art de Manessier, souvent réduit à l’art abstrait et sacré qui constitue la partie la plus connue de ses productions artistiques, est extrêmement varié dans ses thèmes et ses médiums. En effet, il se tourne après guerre vers une production qui renoue avec la peinture de paysage qu’il a tant aimé étant jeune, dans des compositions amples et toujours abstraites. De plus, Manessier s’attarde sur la lithographie, qu’il utilise souvent comme cartons pour ses tapisseries. 

Assez rapidement, l’artiste connaît un fort succès critique qui lui vaut toutes les sollicitations et des commandes internationales. Il expose notamment à la Biennale de Venise en 1950, reçoit le Grand Prix de la Biennale de Sao Paulo en 1953 et en 1955, le Grand Prix de l’institut Carnegie de Pittsburgh. 

Cette reconnaissance publique et ses productions prolixes permettent à l’art de Manessier de passer régulièrement en vente ; s’il est possible d’acquérir une lithographie pour quelques centaines d’euros, certaines œuvres atteignent des prix très hauts, comme Turris Davidica, une toile adjugée 340 000 euros en 2007 chez Cornette de Saint Cyr. 

Expertiser et vendre une oeuvre de Alfred MANESSIER

Si vous possédez une oeuvre de Alfred MANESSIER, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre oeuvre au meilleur prix.