Giò PONTI

Architecte, designer, peintre et auteur italien, 1891-1979

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Gio Ponti et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de Giò PONTI 

Gio Ponti, né en 1891 et mort en 1979 à Milan, est un architecte, designer, sculpteur, peintre et enseignant italien qui porte dans son art la culture traditionnelle italienne et son art de vivre, et s’inscrit dans les majeurs rénovateurs de l’art italien d’après-guerre. Il mélange le moderne au traditionnel et renouvelle les intérieurs italiens. Ses objets les plus recherchés et valorisés sont les objets mobiliers et notamment les tables basses, pouvant être adjugées à plus de 300 000 € pour les meilleures ventes. Il est également connu pour ses luminaires et objets d’art valorisés en moyenne entre 1 000 et 45 000 €. 

Estimation minimale – maximale

Meuble 1 000 – 100 000 €
Luminaire 1 500 – 40 000 €
Objet 500 – 45 000 €

 

Mobilier 

Dans son travail mobilier, Gio Ponti crée des objets d’une practicité croissante, d’un modernisme grandissant, mais conserve bel et bien ce qui fait la richesse de la culture italienne : élégance, palette de couleur ou encore rubans. La table qui réalise le record de vente aux enchères est Tavolo Basso de 1930, adjugé au prix de 310 000 € en 2015 chez Cambi Casa D’Aste. Néanmoins, les objets d’après-guerre restent les plus recherchés, car plus modernes, moins encombrants, comme Important dining table ou encore A Rare and Important Low Table, estimés respectivement à 193 709 € en 2018 chez Christie’s et 129 508 € en 2017 chez Christie’s. 

Étagère Gio Ponti

Gio Ponti (1891-1979) Etagère murale, estimée 2500 / 3500 €, vendue 4 940 € par Piasa

Luminaire

Ses luminaires sont souvent l’objet de technique mixte où acrylique, verre et laiton se mêlent pour donner à la lumière un équilibre entre matière traditionnelle et moderne. Elles sont reconnaissables par leur forme qui suggère le soleil et par les lampes rondes à la couleur nacrée, rappelant les perles de colliers traditionnels. Les luminaires sont en moyenne estimés entre 2 000 € et 40 000 €, et pouvant atteindre 101 100 € pour le record de vente, enregistré en 2019 chez Phillips & Cambi pour Wall light with niche and hand with flowers statuette.

Luminaire Gio Ponti

Gio Ponti (1891-1979)
& Pietro Chiesa (1892-1948), Suspension estimée 2500 / 3500 € et vendue 3 900 € par Piasa

Objet d’art

Les vases en céramiques sont une de ses marques de fabrique, il en réalise un nombre incommensurable, aux couleurs vives, et aux motifs typiquement italiens. Il s’agit souvent de réalisation d’avant-guerre, ou la tradition italienne est bien présente dans son travail. Vaso delle donne delle architetture de vase 1923 enregistre un record de vente de 246 506 € en 2016 chez Christie »

Qui est Gio Ponti ? 

Les premières années : de la céramique à l’architecture 

Giovanni dit Gio Ponti est né à Milan, le 19 novembre 1891. Il est le fils d’Enrico Ponti et de Giovanna Rigone. Après une scolarité normale, il entreprend, en 1913, des études d’architecture à l’École Polytechnique dont il ne ressort cependant pas diplômé avant la fin de la Première Guerre mondiale qui éclate un an plus tard. Il participe lui-même au conflit en tant que capitaine dans le corps des ingénieurs : de cette expérience, il tire d’ailleurs de nombreuses décorations, aquarelles de ses compagnons et souvenirs d’architectures qu’il vit en tant que soldat.

Trois ans après la fin de la guerre, en 1921, il est enfin diplômé de l’École Polytechnique et épouse Giula Vimercarti avec laquelle il aura quatre enfants. Durant cette période, Gio Ponti est proche des artistes milanais dits néo-classiques. À partir de 1923, il travaille avec Richard-Ginori dans une entreprise de céramique, une collaboration qui donne une vitalité nouvelle à ce genre de production?

À la première Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Monza, en 1923, il présente ainsi des pièces en porcelaine et majolique d’inspiration classique. Là-bas, il rencontre Ugo Ojetti, qui jouera un rôle majeur pour sa production plus tardive. Deux ans plus tard, en 1925, Ponti désigne sa première maison à Via Randaccio, qu’il habitera lui-même. 

L’ouverture à l’architecture 

En 1927, il ouvre son premier cabinet d’architecte avec Emilio Lancia. Sa formation qu’il qualifie lui-même de «classique» et son goût pour l’art pictural constituent le credo de ses réalisations. Gio Ponti fait émerger une nouvelle approche de l’habitat dont l’exemple type est la Villa Bouilhet (Garches) qui combine l’architecture, la décoration et le design d’intérieur. Un an plus tard, il fonde avec Gianno Mazzochi la revue Domus dont l’ambition est de diffuser les idées nouvelles pour le design, l’architecture et les objets d’art. La revue contribue ainsi à la découverte du modernisme et de ses représentants, Le Corbusier, Ludwig Mies van der Rohe, Jean-Michel Frank ou Marcel Breuer, par les lecteurs italiens.

Si Domus est, au départ, centrée sur l’Italie, elle s’ouvre de plus en plus sur le monde et joue un rôle phare dans l’histoire de l’architecture et du design. En 1931, il renoue avec le design en s’associant à la Luigi Fontana Factory qui devient un an plus tard, la Fontana Arte. 

Les années 1940 : la consécration

Délaissant temporairement Domus, Ponti crée le magazine Stile. Son rôle d’éditeur à partir de 1947 lui donne l’opportunité de diffuser sa culture artistique et architecturale participant notamment à la tentative de créer un «nouvel art de vivre». C’est dans ces années-là que Ponti multiplie les projets et témoigne d’un nouvel intérêt envers les arts décoratifs, en collaborant par exemple avec Venini et de Poli. La recherche de luminosité et d’une fluidité spatiale fait alors partie de ses premières préoccupations. 

En 1954, Ponti invente le célèbre Compasso d’Oro (Compas d’Or) tandis que sa théorie de la forme finie devient la pierre angulaire de ses travaux dans de célèbres réalisations que sont la Villa Planchart et Villa Arreaza à Caracas ou encore la Villa Nemazee à Téhéran. En 1956, il signe sa plus célèbre œuvre : la Tour Pirelli (Milan).

Dans les années 1970, Gio Ponti reste une référence et réalise de grandes œuvres mémorables que sont le Denvert Art Museum ou la cathédrale de Tarente (1970). Il meurt en 1979 à l’âge de 87 ans à Milan.

D’autres artistes qui peuvent vous intéresser

Arredoluce

Le Corbusier

Charlotte Perriand

Eileen Gray

Alvar Aalto

Joe Colombo

Harry Bertoia

Paolo Buffa

Jean Prouvé

Expertiser et vendre une oeuvre de Gio Ponti

Si vous possédez une oeuvre de Gio Ponti ou tout autre objet, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.