Piet MONDRIAAN

Peintre néerlandais reconnu comme un des pionniers de l’abstraction, 1872-1944

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une œuvre de Piet MONDRIAAN et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre tableau, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Piet MONDRIAAN

Prix moyen d’une peinture signée : 15 000 – 150 000€

Estimation d’un dessin ou d’une aquarelle de l’artiste en vente aux enchères : 15 000 – 300 000€

Prix de vente d’une lithographie : 50 – 3 000€

Qui est Piet MONDRIAAN ?

Pieter Cornelis Mondriaan, plus communément appelé Piet Mondrian, est un peintre néerlandais reconnu comme un des pionniers de l’abstraction, au même titre que Vassily Kandinsky et Kasimir Malévitch. Son principal courant de peinture est qualifié de néoplasticisme. 

Une formation au plus proche des avant-gardes 

Comme Kandinsky et Malevitch, Mondrian s’inspire d’abord du fauvisme (surtout de leur proposition d’abolir la perspective), de l’expressionnisme allemand (Die Brücke) et du cubisme. Il emploie également très tôt le processus de la série, marchand dans les pas de Monet. Ainsi, de 1900 à 1911, il réalise un cycle de peintures représentant des moulins de manière obsessionnelle, avec des couleurs très fortes et une touche divisionniste et empâtée.

Le peintre fait ensuite un premier séjour à Paris entre la fin de 1911 et 1914. Les Cubistes font alors sensation et Mondrian les rencontre : il voit les œuvres de Picasso, Braque et Léger. Le cubisme est la voie royale qui lui permettra de passer à l’abstraction : c’est de cette époque que datent Nature morte au pot de gingembre I et II, 1911-12, Salomon R. Guggenheim, New York. Ces deux toiles sont très révélatrices du passage de Mondrian vers une peinture plus cubiste, grâce à une fragmentation des plans et un éloignement du sujet. Toutes les œuvres de cette période sont caractérisées par un élément central très fort autour duquel circule le reste de la composition. 

Mondrian se détache peu à peu du cubisme pour poursuivre sa quête d’absolu et d’économie des formes. C’est alors qu’il peint Composition 10 en noir et blanc, 1915, Otterlo, Kröller-Müller Museum, où il représente le scintillement de la lumière sur la mer, grâce à une multiplicité de croix et de lignes, dans un format circulaire qui rappelle l’infini de cette étendue d’eau. 

Mondrian et la théosophie : De Stijl

Cette quête de peindre l’infini et l’indéchiffrable exprime l’intériorité religieuse de Mondrian qui a une grande influence sur son œuvre dans cette manière de peindre l’immanence invisible d’un parfait ordonnancement du monde.

En 1916, il rencontre Theo van Doesburg, très influencé par Kandinsky, avec lequel il crée le groupe et la revue De Stijl en 1917. Ce groupe met en évidence une nouvelle plastique pure et la recherche de l’économie. De nombreux artistes vont y participer parmi lesquels des plasticiens, des architectes, des musiciens et des designers, comme Rietveld. Tout le mouvement De Stijl se caractérise par une radicalisation et l’emploi minimal des éléments, un purisme et un mysticisme absolus.

Si Mondrian participe à la rédaction de la revue De Stijl pendant un temps, il cesse en 1919 lors de son départ pour Paris. Il créera avec le poète Michel Seuphor le mouvement Cercle et Carré en 1929 dont le nom évoque bien la recherche géométrique et mathématique qu’il implique. En 1932, il devient le groupe Abstraction et Création.

Le néoplasticisme

Entre 1919 et 1938, Mondrian vit à Paris ; en 1920, il exécute son premier tableau néoplastique, reprenant les idées qu’il soutenait déjà dans le cadre de De Stijl. Le peintre atteint alors une économie de moyens extraordinaire dans une grande rigueur formelle et chromatique, que l’on retrouve ensuite dans le reste de sa carrière, comme dans Composition avec rouge, bleu, noir, jaune et gris, 1921, New York, MoMa. La peinture de Mondrian est alors devenue totalement abstraite, ponctuée d’angles droits et de structures mathématiques qui reflètent selon lui l’ordonnancement du monde.

À la fin de sa vie, il fuit la guerre pour aller aux États-Unis, où il est fasciné par l’ordonnancement des rues New Yorkaises ; son art continue à tendre vers l’universel et est soutenu par de nombreux textes théoriques écrits par l’artiste lui-même. De cette époque date un de ses grands chefs-d’œuvre, Broadway Boogie-Woogie, 1942-43, New York, MoMa. 

Sur le marché de l’art, ses œuvres s’arrachent à prix d’or, qu’il s’agisse de peintures, aquarelles ou dessins. Le record mondial d’une enchère pour l’artiste a été établi en 2015 chez Christie’s à New York pour Composition n° III, adjugée plus de 50 millions de dollars. 

Expertiser et vendre un tableau de Piet MONDRIAAN

Si vous possédez un tableau de MONDRIAAN ou tout autre sculpture, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre tableau. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Plus d'artistes