KISLING

Peintre polonais du XXème siècle , 1891-1953

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Moïse Kisling et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre tableau, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Moïse Kisling

Moïse Kisling, né le 22 janvier 1891 à Cracovie en Pologne et décédé le 29 avril 1953 dans le Var, est un peintre français d’origine polonaise. L’artiste, réputé pour son art géométrique, est notamment connu pour ses représentations de femmes nues. Parmi l’ensemble de son œuvre, ce sont ces nus qui sont le plus recherchés. Son œuvre « Ingrid », une huile sur toile de 1917, a été vendue pour 688 087 euros. 

 

Estimation minimale – maximale

Peinture 8 200 – 420 000 €
Dessin 680 – 13 800 €
Estampe 90 – 3 100 €

Peintures

Formé en France à Paris sous l’aile de Joseph Pankiewicz, l’artiste réalise de nombreuses peintures. Son style est souvent caractérisé de géométrique. En effet, il aurait été influencé par les cubistes de son époque. S’il peint de nombreux tableaux, aussi bien des fleurs ou encore des paysages, Moïse Kisling acquiert principalement sa renommée grâce à ses nus féminins et ses portraits. L’artiste acquiert alors une solide notoriété sur le marché de l’art. 

Portrait Moise Kisling

Moïse KISLING 1891 – 1953, Portrait de Michèle Morgan – 1942. Estimation : Estimation 40 000 – 60 000 €, vendu 78 000 euros par Artcurial

L’estimation et le prix d’achat débutent souvent aux alentours de 30 000 euros alors même que certains de ses tableaux grand format peuvent dépasser les 200 000 euros. Le prix d’achat de ses tableaux représentant des fleurs commence souvent aux alentours de 15 000 euros pour les petits formats et à plus de 40 000 pour les grands formats. En 2016, l’huile sur toile intitulée « Mimosas », réalisée en 1947, a été vendue pour 467 676 euros aux enchères (Sotheby’s Londres). 

Estampes-multiples

Moïse Kisling a aussi réalisé de nombreuses estampes. Celles-ci sont pour la majorité des portraits, souvent des portraits féminins, mais il a également réalisé des estampes mettant en avant des fleurs ou des natures mortes. 

Les tailles de ses estampes varient, les plus petites font aux alentours de 23*29 contre 75*60 pour les grandes. 

Si une grande majorité de ses œuvres se vendent aujourd’hui à moins de 10 000 euros, son œuvre « Kiki de Montparnasse (Nu assis) (c.1925), 66*45,5, a été vendue aux enchères au prix de 12 092 euros. Elle était alors estimée entre 3 517 et 5276 euros. 

Dessins / Aquarelles

L’artiste a également réalisé un certain nombre d’aquarelles. Celles-ci représentent aussi bien la nature que des portraits de femmes nues, mais pas seulement. 

Moïse Kisling dessin

Moïse KISLING (1891-1953), NU, 1922, Dessin à la mine de plomb sur papier, estimation : 5 000 – 7 000 €, vendu 12 000 euros par Artcurial

Ses dessins sont pour la majorité estimés à une valeur oscillant de 680 à 13 800 euros. Cependant, son dessin « The Bride and groom », à la gouache/papier, a été vendu aux enchères pour le prix de 179 890 euros. L’estimation de ce dessin oscillait entre 179 890 et 269 835 euros. 

Photos, Sculptures-volume et Luminaire

Tout au long de sa carrière, l’artiste a été attiré par différentes catégories artistiques. Il a ainsi également réalisé des photos, des sculptures et des Luminaires. On retrouve à chaque fois le style de l’artiste avec ses portraits de femmes, bien souvent nues. 

Qui est Moïse Kisling ?

Moïse Kisling : amoureux de la capitale française

Moïse Kisling est un artiste né en 1891 en Pologne. Il s’installe dans la capitale française en 1910. C’est grâce à son talent très précoce ainsi qu’à son maître Joseph Pankiewicz qu’il vient vivre dans la capitale française, pousser notamment pas l’amour de ce dernier pour cette ville. Il était par ailleurs l’ami de Bonnard et Renoir. Son père aurait souhaité pour son fils qu’il devienne ingénieur, mais laisse derrière lui le collège au profit des beaux-arts. Kisling ne se voyait nulle part ailleurs qu’à Paris. Lorsqu’il s’y installe, ce dernier devient rapidement amis avec de nombreux artistes de son temps et habite quelque temps au célèbre Bateau-Lavoir de Montmartre. Il expose pour la première fois au Salon d’Automne en 1912 et marque les consciences.

Il s’engage au sein de la Légion étrangère en 1914 lors de la Seconde Guerre mondiale et obtient la nationalité française douze ans plus tard.

Ses principaux sujets de représentation sont les fleurs et les femmes. Le peintre cherche à faire ressortir les caractéristiques modernes de la beauté de celles qu’il représente. Il les encre dans leur temps grâce à leur coupe, leurs vêtements, leur maquillage… (La divan rouge, 1917)

Un artiste mondain devenu célèbre

Sa première importante exposition a lieu en 1919. Deux ans auparavant, il épouse la fille d’un officier supérieur de la garde républicaine de Paris, Joséphine Gros, plus connue sous le nom de Renée. Ce nouveau statut social lui permet de voyager et de découvrir de nouveaux paysages, renouvelant ainsi sa pratique tout en intégrant une vivacité nouvelle à sa palette (Port de Sanary, 1920)

La rue Joseph-Bara devient un haut lieu de l’art et de la vie parisienne lorsque Kisling s’y installe. Max Jacob, Jean Cocteau ou encore Pierre Reverdy s’y retrouve régulièrement. Le peintre avait un talent certain pour créer des liens entre différents artistes et domaines d’idées. Il héberge notamment Modigliani et lui offre un endroit ainsi que l’autorisation de ses modèles pour peindre. Les compères réalisent des portraits l’un de l’autre.

D’« art dégénéré » à la réappropriation du succès

L’art de Kisling n’est pas épargné par le régime nazi et se voit obligé de s’exiler aux États-Unis. Il continue à peindre une fois là-bas et est même exposé à Los Angeles en 1942.

Il rentre en France quatre ans plus tard. Lors de cette période, sa palette de couleurs s’intensifie encore d’un cran et ses bouquets de mimosas se font de plus en plus opulents. Kisling se réapproprie pleinement la scène artistique française en 1951 lors d’une exposition à la galerie Drouant-David, mais s’éteint seulement deux ans plus tard en 1953.

Reconnaître la signature de Moïse Kisling

Comme beaucoup d’artistes, Moïse Kisling ne signait pas la totalité de ses œuvres. Cependant, vous retrouverez ci-dessous un exemple de signature afin de vous faire une première idée. Des variantes de cette signature existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

expertise signature kisling

Expertiser et vendre un tableau de Moïse Kisling

Si vous possédez un tableau de Moïse Kisling ou tout autre objet, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre tableau. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.

D’autres artistes qui peuvent vous intéresser

Amedeo Modigliani Chaïm Soutine

Tsugouharu Foujita

Jeanne Hébuterne

Bernard Buffet

Henri de Toulouse-Lautrec

Pablo Picasso

Paul Cézanne

André Lhote