Estimation Art Asiatique

Faites estimer un objet art asiatique

Vous avez des questions ?

Réaliser une estimation gratuite >

Chinoiserie

Vous avez en votre possession une chinoiserie et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre objet chinois, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Une origine étendue

Le terme chinoiserie est à considérer comme style artistique occidental qui a su adopter puis adapter le registre du courant orientaliste à ses propres objets, pouvant revêtir la forme de porcelaines, de vases, de verrerie.

Si les civilisations s’intéressent aux chinoiseries dès la période antique avec l’attention toute particulière aux tissus de soie, celui-ci tend à s’affirmer entre les XIVe et XVIIIe siècles, où il se renforce à l’appui de certaines vogues d’objets investissant les intérieurs.

Dès la Renaissance et sans discontinuité dans le temps jusqu’au XVIIIe siècle, il est de notoriété que les artisans se sont attelés à travailler la céramique fine, élégante, distinguée pour sa préciosité, qu’est la porcelaine chinoise.  

L’ancrage des chinoiseries à partir des pays du nord

Si elle prend ses racines au début du XVIIIe siècle, les premières exaltations de la vogue des chinoiseries est palpable dans le nord, en Hollande notamment où le commerce avec l’Orient a pris un essor considérable. Les objets fabriqués alors sur le modèle oriental, en empruntent les formes, les motifs pour la conception de pièces particulières.

La chinoiserie s’impose comme expression dans le quotidien de l’attrait des publics, collectionneurs, amateurs à l’égard des pièces en provenance de l’Extrême-Orient au siècle suivant.

Ces objets gagnent en popularité en France notamment, avec le style de peinture rococo déployé sous l’impulsion des artistes français Antoine Watteau et François Boucher. L’imaginaire bucolique des compositions de ses peintres se renforce en prenant appui sur l’exotisme inhérent à la diffusion de cette culture chinoise.

Au cours du XVIIIe siècle, les résidences des membres de la scène aristocratique se distinguent pour leurs intérieurs fournis de meubles caractéristiques, possédant des assortiments d’objets de porcelaine, ainsi que d’ornements de textiles comportant des motifs à l’orientale.

Les objets ou chinoiseries se distinguent alors à l’appréciation de leur vocabulaire fantaisiste issu d’un Orient rêvé. S’y expriment également des contrastes de coloris, l’emploi de motifs asymétriques.  

Des objets comme les vases de porcelaine en provenance d’Imari présentés par set, datant du dernier quart du XIXe siècle, comportant des motifs végétaux multicolores, présentant une encolure détaillée, peuvent se trouver en vente à des prix se situant entre 11 000 et 15 000 euros.

D ’autres pièces, vases et petits objets, boîtes, assiettes datant du XIX siècle présentent des prix variables pouvant osciller entre 200 et le millier d’euros, le tout étant fonction de l’état de conservation, de la provenance de l’objet.

Estimer et vendre une chinoiserie

Si vous possédez une chinoiserie ou tout autre objet d’art asiatique, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre objet asiatique. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre chinoiserie au meilleur prix.

Réaliser une estimation gratuite >

Les artistes qui pourraient vous intéresser